- C'est quoi, l'UrbEx ? -

UrbEx = Urban Exploration, exploration urbaine, visite de friches.

L'exploration urbaine est une activité consistant à visiter des lieux construits par l'homme, abandonnés ou non, en général interdits d'accès ou tout du moins cachés ou difficiles d'accès. (Wikipedia)

 

J'ai découvert cette activité il y a longtemps sur internet mais je n'avais jamais véritablement considéré la pratiquer pour de vrai.

Je ne suis qu'un amateur une fois de plus,  et je poursuis ma découverte de ce monde clandestin à travers les divers sites que je peux trouver sur la toile. L'activité est donc naturellement illégale et encourt des risques de diverses natures : 

- juridique : l'infiltration (comprendre : pénétrer sur une propriété privée ou publique sans autorisation) avec ou sans effraction est passible de sanctions.

- physique : les lieux étant la plupart du temps délabrés, on n'est jamais à l'abri d'une mauvaise chute ou d'un effondrement. Le bon sens prime...

- sanitaire : beaucoup d'anciens bâtiments sont encore bourrés d'amiante. Et suivant la nature des lieux, l'explorateur peut se retrouver en contact avec des gaz toxiques ou explosifs, voire même dans des sites extrêmes (Pripyat en Ukraine, mon rêve!) des substances ou objets radioactifs.

- autre : il est toujours possible de faire une mauvaise rencontre : voisin curieux et armé jusqu'aux dents, chien de garde, vigile, police, marginaux...

Evidemment, je noircis le tableau. C'est néanmoins une activité très excitante qui me met en transe dès que nous trouvons un nouveau spot. Quelle jubilation de préparer tout le matériel (appareils, batteries, trépieds...) et partir découvrir un nouveau bâtiment, chargé d'histoire et figé dans le passé... 

L'"ennemi" de l'explorateur est le curieux, voire l'autre explorateur. Les règles implicites de chaque visite sont : ne pas partir seul, ne pas s'infiltrer par effraction, ne rien voler ni dégrader, et ne pas (trop) divulguer ses spots, afin de ne pas entraîner trop de visites qui pourraient dégrader le lieu davantage. L'explorateur se doit d'être un courant d'air : entrer, visiter, peut-être photographier, puis disparaître. Nous nous efforçons de respecter ces règles. Nous pouvons déplacer un objet, ouvrir une porte pour un meilleur cliché, mais rien de plus. Tout est sanctuarisé. 

Le problème vient du caractère clandestin de la chose : il est quasi-impossible d'obtenir les bonnes adresses facilement puisque rien ne s'ébruite vraiment (à part pour les grands spots connus). Jusqu'à présent, nous connaissions déjà tous ceux que nous avons explorés. Un seul nous a été soufflé par un ami. C'est également pour cette raison qu'ils ne seront pas identifiés sur ce site : pour conserver un semblant d'anonymat. Si par hasard vous-même connaissez un spot susceptible de nous intéresser, n'hésitez surtout pas à m'envoyer un Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., je vous rapporterai de jolis clichés en remerciement !